Wayne Rooney, un Übermensch dans l’Herrenvolk (Les Dé-Managers)

Le 27 avril 2013 - Par qui vous parle de Tags : ,

Wayne Rooney a ceci de fascinant qu’il est intrinsèquement moyen. Petit, trapu et chauve, Rooney est un joueur rustre. A la différence des Ronaldo, Messi ou Van Persie, pour ne citer que ceux à qui on le compare trop souvent, Wayne Rooney n’est pas doté d’affriolantes facultés techniques, et encore moins de cette élégance qui fait les joueurs de classe mondiale.

Ses passes comme ses dribbles sont rarement surprenants, la faute à un pied gauche très limité et à une silhouette de boxeur alcoolique. On le connaît surtout pour ses tirs de loin et son jeu de bourrin, qui lui valent l’admiration ou le dénigrement des spectateurs. On évoque ainsi son esprit de “guerrier”, de “mort de faim” prompt à se sacrifier pour son équipe, idéal mythifié du football à l’anglaise : un joueur “tout en puissance”, disent les commentateurs qui voient là sa principale – et unique ? – qualité. Mais Rooney est bien plus que cela, et surtout : il n’est rien de cela.

La suite chez les Dé-Managers, le blog tactique des Cahiers du football

Laisser un commentaire

27 avril 2013

Par